MAUVERT

fashion & lifestyle blog

Franco… fille

Il y a quelques ans que j’ai devenu interessé de la culture parisienne.

Je me souviens la leçon d’education plastique de sixiéme, quand j’ai apperçu pour la premiere fois les tableaux d’Henri de Toulouse Lautrec. C’était plûtot les affiches qui m‘ont plu, avec les images presque caricaturisés des artistes de cabaret. Il y avait une certaine bohème qui m’attirait dans ces images: peut-être les vêtements ou la désinvolture du danse, je ne sais pas… Mais je me suis vite rendu compte que je voudrais voir plus, savoir plus. Peu après j’ai eu l’occassion d’aller à Paris, de respirer cet air que je commençais à admirer tant. Contente d’avoir fait une bonne choix, j’ai profité de ces quelques journées pour visiter La Tour Eiffel, Le Louvre, Les Tuileries, le Tombeau de Napolèon, Versailles et toutes les attractions qu’un tourist qui va à Paris pour la premiere fois, peut voir. Elles ont leur incontestable charme, mais j’ai découvert que j’aimais d’avantage flâner sur Les Grands Boulevards et les petites rues. Ah, les rues! avec des jolies indicateurs bleus-verts et des noms bizarres comme ¨Rue de Mauvais Garçons¨ ou ¨Rue du chat qui pêche¨. Une merveilleuse gare qui est transformée en musée (Orsay)…Désormais, je savais: je serai toujours fascinée par l’imagination des Parisiens. Ils sont entrés dans mon cœur.

4-hpim6209

Alors j’ai commencé lire des romans dont l’action se deroule en Paris: ¨Le Parfum¨ (d’après Patrick Suskind), ¨Rue du Havre¨ (d’après Paul Guimard), ¨Guide triste de Paris¨(d’après Alfredo Bryce-Echenique), et caetera… J’ai plongé, donc, dans l’univers magnifique des parfums, j’ai participé à la vie quotidienne du Gare St.-Lazare et j’ai compris les raisons du Mai ’68. Les jeunes ont lutté pour les droits de la femme et des travailleurs, et surtout pour la liberté de la presse, la télévision et la cinématographie. En ce qui concerne le même sujet, j’ai regardé le film ¨The Dreamers¨ (Les Rêveurs), qui rende parfaitment l’atmosphére de cette période de rebellion. Et malgré que je n’aimasse que le films en Anglais, j’ai devenu de plus en plus interessée en la cinématographie Française. ¨Paris, Je T’Aime!¨, ¨Jeux D’Enfants¨, ¨Le Fabuleux Dèstin D’Amèlie Poulain¨ et ¨La Môme¨, la biographie d’Edith Piaf, une si grande réussite que j’ai pleuré à la fin. Et si elle (Edith) a découvert le talent d’Yves Montand et de Charles Aznavour, pourquoi pas écouter leur musique, aussi? Par exemple, ¨Les Feuilles Mortes¨ et ¨La Bohème¨ se trouvent sur ma liste des chansons preférées, en dépit d’autres morceaux contemporaines. Je les aime tant parce qu’elles rendent parfaitement l’image de mon Paris: toujours beau l’automne et toujours mélancolique pour l’époque quand Montmartre était le quartier des artistes et de la décadence. Aujourd’hui, il ne nous reste que le beau paysage des rues pavées qui montent et qui descendent, photographiées par Robert Doisneau. Un autre photographe connu pour les superbes clichés prises en Paris, est Brassai, l’artiste venant de la Transylvanie. Il a atrappé l’esprit des gens dans des cafés, brasseries et bistrots, qui montrent l’aise de la vie parisienne. Moi j’adore les cafés de Paris, non seulement pour la café crème ou la crème brulée, mais aussi pour leur aspet, avec des grandes fenêitres et des petites tables bousculées à l’éxterieur. On connaît les cafés fameuses: Café de la Paix et Café de Flore, la derniére étant très visité par des personalités comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, qui aimaient discuter affaires de philosophie en buvant un verre….

8-iii-christof-bistro-de-larte1

Café de Flore represente aussi l’endroit du premier défilé du maison de mode Chloé, en 1956. Pour moi, Chloé rende le mieux la manière dont les jeunes parisiennes s’habillent et surtout la négligence charmante de leur style. Mais Paris signifie aussi élégance, ça veut dire des maisons consacrées comme Chanel, Christian Dior ou Yves Saint Laurent (à propos, vous saviez qu’Yves a travaillé chez Christian Dior avant de créer sa propre étiquette?). J’ai eu l’occasion de passer devant la maison Chanel du 31 Rue Cambon et j’ai été vraiment emue en pensant que Mademoiselle Coco a fait histoire là-bas, derriére ces murs. Mais la mode parisienne d’aujourd’hui a beaucoup changé… On y voit de plus en plus des étiquettes underground et des façons d’habillement les plus bizarres. La meilleure période pour étudier la mode parisienne est, je suis sûre, pendant la Semaine de la Mode. C’est en ce temps-là qu’on peut voir la maîtrise des parisiens tant sur le podium que dans les entourages. Il y a une femme qui s’appelle Garance Doré, qui prenne des photos des gens dans les rues et les partage avec ceux interéssées sur son blog. Je la trouve une manière excellente d’être au courant avec ce qui est dans le vent dans la Capitale de la Mode. Il y a beaucoup d’autres raisons pour lesquelles j’aime Paris. L’un est le mystère, la pensée que là-bas, tout est possible.

Enfin et surtout, je suis absolument d’accord avec Edith Piaf, qui, pendant son sejour dans les Etas-Unis, a été demandé si Paris lui manquait. ¨Je ne suis jamais loin de Paris¨, elle a répondu. Moi non plus…

hpim6480

ioana – mauVErt

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: